L'accusation publique : Une attaque contre tous les immigrants

Il y a quelques semaines, le ministère de la sécurité intérieure (DHS) a annoncé une proposition de règlement qui modifiera la façon dont le gouvernement considère les immigrants qui ont utilisé ou sont susceptibles d'utiliser les prestations publiques. Cette proposition de règlement appliquerait des normes d'évaluation scandaleuses, comme l'utilisation du rapport et du score de crédit d'un immigrant pour déterminer s'il est ou risque d'être une "charge publique". Pour mettre cela en perspective, un score de crédit de 640 (un score FICO inférieur à la moyenne) pourrait faire la différence entre recevoir et ne pas recevoir une carte verte.

La règle proposée caractérise les valeurs toxiques de l'Amérique qui ne reconnaissent pas et ne respectent pas les contributions de tous les immigrants, quelle que soit leur situation financière.

Si elle est mise en œuvre, cette règle rendra difficile pour : 1) les immigrants qui sont actuellement hors des États-Unis et qui cherchent à obtenir l'autorisation d'y entrer pour recevoir un visa ; ou 2) les immigrants qui sont déjà aux États-Unis et qui demandent à devenir un résident permanent légal (ou titulaire d'une carte verte) par l'intermédiaire d'un membre de leur famille ou de leur employeur.

Au cœur de la règle proposée se trouve l'effort du gouvernement fédéral pour élargir la liste des programmes d'assistance publique. qui seront pris en compte lors de l'évaluation de l'éligibilité d'un immigrant à l'obtention du statut de réfugié. La politique actuelle en matière de frais publics ne prend en compte que l'assistance en espèces et les soins institutionnels à long terme financés par le gouvernement, mais la règle proposée l'élargirait pour inclure également les programmes clés de sécurité sociale suivants : Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP), Medicaid non urgent, Medicare Part D, et Section 8 housing vouchers.

Il s'agit d'une tactique délibérée et mesquine employée par l'administration pour nuire davantage aux familles immigrées vulnérables aux États-Unis.

Outre l'élargissement de la définition de l'accusation publique pour inclure des programmes d'assistance publique supplémentaires, la règle proposée établirait également des normes abrégées que les agents des services de citoyenneté et d'immigration des États-Unis (USCIS) doivent prendre en compte lorsqu'ils déterminent l'accusation publique.

Dans la règle proposée, le gouvernement fédéral définit un nouveau seuil de revenu du ménage qui favorise fortement les immigrants dont le revenu du ménage est supérieur à 250 % du seuil de pauvreté fédéral (ce qui, pour une famille de quatre personnes, représente plus de $62 000 par an). La règle proposée obligerait également les immigrants à divulguer leur historique et leur score de crédit comme facteur pondéré de leur situation financière. L'expansion des programmes d'aide publique et l'élargissement du champ d'application de facteurs tels que la situation financière pénaliseraient les familles immigrées non citoyennes pour leur manque d'"autosuffisance" ou, en d'autres termes, pour leur faible revenu.

Le message sous-jacent adressé aux familles d'immigrants est ce qu'il y a de plus inquiétant : choisir entre recevoir une aide publique essentielle pour votre santé et votre bien-être et ceux de votre famille ou sécuriser votre futur statut d'immigrant aux États-Unis.

C'est un dilemme cruel et injuste à imposer aux familles immigrées à faible revenu. Mais le fait est que cette règle proposée ne touchera pas uniquement les familles immigrées à faible revenu. Elle suscite déjà une crainte généralisée parmi tous les immigrants - y compris leurs enfants citoyens américains.

En tant qu'organisme à but non lucratif qui soutient les immigrants, la MAF comprend l'importance de la sécurité financière et de l'accès à des produits de prêt sûrs et abordables. Nous reconnaissons la résilience et l'ingéniosité dont font preuve tous les immigrants aux États-Unis pour surmonter les obstacles financiers. Non seulement cette règle proposée est sans cœur et injuste, mais elle crée des obstacles à la mobilité ascendante pour les familles à faible revenu et immigrées. Elle est conçue pour priver ces familles d'une chance de s'épanouir.

Après avoir aidé pendant plus de dix ans des milliers de personnes, de familles et d'immigrants à faible revenu à établir leur crédit, nous savons que le revenu et le rapport de crédit d'une personne ne donnent pas à eux seuls une image claire de l'ensemble de sa situation financière.

La MAF, comme de nombreux autres prestataires de services directs à but non lucratif, sera témoin du préjudice que la règle proposée par le DHS concernant l'accusation publique causera aux familles immigrées. Cette règle proposée est une attaque inhumaine et punitive qui détruira la santé et le bien-être des familles immigrées vulnérables à travers la nation.

Mercredi dernier, le DHS a récemment publié sa proposition de règle dans le Federal Register, un acte qui marque le début d'une période de commentaires publics de 60 jours qui se terminera le lundi 10 décembre. C'est pendant cette période de 60 jours de commentaires publics que notre action contre la charge publique compte plus que jamais. 

Le combat est loin d'être terminé et il est temps d'agir !

La CRG s'engage à défendre les intérêts de nos communautés d'immigrants et à s'opposer à cette proposition de règle répressive. Que vous décidiez d'utiliser votre voix pendant la période de commentaires du public ou si vous souhaitez en savoir plus sur notre action en faveur des immigrantsNous vous encourageons tous à vous tenir à nos côtés en tant qu'alliés au service d'un traitement juste et équitable de toutes les communautés d'immigrants.

MISSION ASSET FUND EST UNE ORGANISATION 501C3

Copyright © 2021 Mission Asset Fund. Tous les droits sont réservés.

French