Inégalité des richesses et nouveaux Américains


L'écart de richesse raciale est réel, et il s'accroît. Mais quelle est la place des immigrants dans cette analyse ?

Cet article a été publié pour la première fois sur le site Le blog de l'Institut Aspen. Il a été rédigé par le directeur général de la CRG, José A. Quiñonez, en vue d'une table ronde sur l'écart de richesse raciale lors de la conférence de l'Aspen Institute, qui s'est tenue à New York en octobre 2008. Sommet 2017 sur les inégalités et les opportunités

Voici ce que nous savons sur l'inégalité des richesses en Amérique aujourd'hui : Elle est réelle, elle est énorme, et elle augmente. En l'absence de changements politiques substantiels, cela prendrait 228 ans pour que les ménages noirs rattrapent la richesse des ménages blancs, et 84 ans pour que les Latinos fassent de même. Cela est important car la richesse est un filet de sécurité. Sans ce coussin, trop de familles sont à deux doigts de la ruine financière en cas de perte d'emploi, de maladie ou de divorce.

Voici une autre chose que nous savons : Contrairement à l'opinion générale, l'inégalité de richesse entre les groupes raciaux ne s'est pas produite parce qu'un groupe de personnes n'a pas travaillé assez dur, n'a pas épargné assez ou n'a pas pris des décisions d'investissement assez avisées que l'autre.

Comment en est-on arrivé là ? La réponse courte : l'histoire. Des siècles d'esclavage et des décennies amères de ségrégation légale ont préparé le terrain. Les lois et les politiques discriminatoires à l'encontre des personnes de couleur ont aggravé la situation. La loi G.I. de 1944par exemple, ont aidé les familles blanches à acheter des maisons, à aller à l'université et à accumuler des richesses. Les personnes de couleur ont été largement exclues de ces opportunités de développement des actifs.

La fracture raciale actuelle est l'héritage financier de la longue histoire du racisme institutionnalisé dans notre pays.

Le facteur temps est, d'une certaine manière, à la base de ces résultats. Sociologueséconomisteset journalistes tous soulignent la façon dont l'écart de richesse raciale a été créé et exacerbé au fil du temps. Mais lorsqu'il s'agit de la question des nouveaux Américains - les millions d'entre nous qui ont rejoint cette nation au cours des dernières décennies - le temps est souvent passé sous silence dans les conversations sur l'écart de richesse raciale.

Les stratégies de survie créatives des immigrants et la richesse de leurs ressources culturelles et sociales pourraient contribuer à l'élaboration de meilleures interventions politiques.

Les rapports illustrent généralement l'écart de richesse raciale en plaçant, comme on peut le comprendre, la richesse moyenne des différents groupes raciaux côte à côte et en observant le gouffre béant qui les sépare. Par exempleEn 2012, le ménage blanc moyen possédait $13 de richesse pour chaque dollar possédé par les ménages noirs, et $10 de richesse pour chaque dollar possédé par les ménages latinos. Cette histoire est importante. On ne peut le nier. Mais que pouvons-nous apprendre en étudiant l'inégalité des richesses en accordant plus d'attention à l'immigration ?

Un rapport de l Centre de recherche Pew a divisé la population des adultes en 2012 en trois cohortes : première génération (née à l'étranger), deuxième génération (née aux États-Unis avec au moins un parent immigré), et troisième génération et plus (deux parents nés aux États-Unis).

Il est clair que les différents groupes raciaux ont des histoires américaines très différentes.

La grande majorité des Latinos et des Asiatiques sont de nouveaux Américains. Soixante-dix pour cent des adultes latino-américains et 93 % des adultes asiatiques sont des Américains de première ou de deuxième génération. En revanche, à peine 11 % des adultes blancs et 14 % des adultes noirs font partie des mêmes cohortes générationnelles.

En comparaison, ces derniers groupes sont aux États-Unis depuis beaucoup plus longtemps. Et étant donné leur ancienneté relativement comparable aux États-Unis, il est logique de placer leurs données côte à côte.

Mais comparer la richesse des Latinos - dont la moitié sont des Américains de première génération - à celle des familles blanches, dont 89 % sont aux États-Unis depuis plusieurs générations, semble soulever plus de questions que de réponses.

Nous pourrions plutôt ajouter des nuances et un contexte à notre analyse en mesurant les différences de richesse entre les groupes raciaux au sein des cohortes générationnelles, ou en comparant les membres de différents groupes qui partagent des caractéristiques démographiques clés, ou encore mieux, en mesurant l'impact financier des interventions politiques au sein de groupes spécifiques.

Par exemple, nous pourrions étudier les trajectoires financières des jeunes immigrants après qu'ils aient bénéficié de l'action différée pour les arrivées d'enfants (DACA) en 2012. Ont-ils amélioré leurs revenus, constitué leur épargne, ou même acquis des actifs en hausse, par rapport à leurs pairs ?

Nous pourrions remonter plus loin dans le temps et explorer ce qu'il est advenu de la génération d'immigrants qui a bénéficié de l'amnistie en vertu de la loi sur la réforme et le contrôle de l'immigration de 1986 (IRCA). Qu'a signifié la sortie de l'ombre pour leurs biens et leur fortune ? Comment leur richesse se compare-t-elle à celle des personnes qui sont restées sans papiers ?

Ces comparaisons contextuelles peuvent nous permettre non seulement de quantifier ce qui manque dans la vie des gens, mais aussi de découvrir ce qui fonctionne.

Leurs stratégies de survie créatives et leurs riches ressources culturelles et sociales pourraient contribuer à l'élaboration de meilleures interventions politiques et de meilleurs programmes. En intégrant l'histoire des nouveaux Américains dans nos conversations sur les inégalités de richesse, nous pourrons mieux comprendre ces disparités et les formes distinctes qu'elles prennent pour différents groupes. C'est ce dont nous avons besoin pour élaborer les politiques audacieuses et les programmes novateurs nécessaires pour réduire l'écart de richesse raciale auquel nous sommes confrontés aujourd'hui.

MISSION ASSET FUND EST UNE ORGANISATION 501C3

Copyright © 2021 Mission Asset Fund. Tous les droits sont réservés.

French