Passer au contenu principal

Étiquette : Pleins feux sur les champions

Coup de projecteur sur les champions : rencontrez Laura Arce

Pour Laura Arce, rejoindre MAF ressemble à un retour aux sources. 

Son nouveau rôle en tant que membre du MAF Conseil d'administration l'a ramenée - dans un sens symbolique - dans la Bay Area, où elle est née et a grandi. Pendant des années après l'université, Laura a passé du temps ailleurs : à Capitol Hill, à Pékin, à travailler pour des agences gouvernementales ou de petites sociétés de conseil ou même de grandes banques comme Wells Fargo, où elle est actuellement vice-présidente senior de la banque à la consommation et de la politique de crédit. 

Mais en 2020, lorsque COVID-19 a bouleversé la vie de tout le monde, Laura a eu une révélation surprenante.

«Je me suis rendu compte que mes racines me manquaient», dit-elle. Ce n'était pas seulement parce que Laura ne pouvait plus simplement prendre l'avion pour retourner dans sa ville natale. C'était aussi parce que sa carrière professionnelle était née de la vie personnelle et qu'il était temps pour Laura de renouer avec sa propre histoire d'origine.

Laura a grandi dans une famille d'immigrants mexicains à Oakland.

Ses parents étaient des travailleurs à but non lucratif et elle a passé une grande partie de ses années d'école primaire à traîner autour du Spanish Speaking Unity Council, un centre de ressources communautaire où travaillait son père. 

Laura cite son père comme l'une de ses plus grandes influences. C'est en partie à cause de l'affinité précoce qu'il lui a inculquée pour le travail communautaire, et en partie à cause du fait qu'enfant, elle a souvent été témoin de la façon dont sa propre famille était exclue du système financier. Son propre grand-père ne faisait pas confiance aux banques. Chaque fois qu'il payait une facture – téléphone, eau, n'importe quoi – il prenait le bus du centre-ville jusqu'à son bureau respectif et payait en espèces. 

« Cela lui a coûté beaucoup de temps et d'efforts supplémentaires. Mais il l'a fait toute sa vie d'adulte », dit Laura. Il était risqué de transporter autant d'argent à la fois, mais son grand-père préférait faire confiance aux billets d'un dollar plutôt qu'à une institution bancaire. Les reçus timbrés étaient soigneusement conservés et un compte d'épargne sur livret était rarement touché. 

Ce processus semblait « normal » à Laura jusqu'à ce qu'elle entre à l'université de Berkeley. Alors que le grand-père de Laura gardait des reçus papier timbrés et laissait son compte bancaire prendre de la poussière, les camarades de classe de Laura utilisaient des cartes de crédit pour payer « par magie » leurs livres et leurs fournitures. Alors que les parents de sa colocataire envoyaient des chèques à leur propriétaire, Laura était responsable de son propre compte bancaire. Elle était abasourdie par les incongruités entre ses expériences et celles de ses camarades de classe. 

Toutes ces différences étaient comme des moments lumineux pour Laura. « Qui n'est pas bancarisé, qui est bancarisé, qui a du crédit, qui n'en a pas. Il existe de nettes disparités selon la race, l'origine ethnique, les niveaux de revenu et même les zones géographiques », explique Laura. Et sa famille vivait à ces intersections.

« Même dans mon cas, où j'avais des parents qui étaient instruits et des grands-parents qui avaient des enfants qui pouvaient les aider, ils manquaient de fonds », dit Laura. "Ils étaient en dehors du courant dominant financier." 

La position de Laura au sein des comités des finances et d'audit du MAF est une façon d'honorer ses racines. 

"J'ai décidé que je voulais prendre tout ce que j'ai appris et construit", dit Laura. "Et je voulais m'engager à nouveau dans un travail plus communautaire." Son rôle est du genre à épouser une certaine philosophie que Laura a de combler le fossé bancaire pour les personnes de couleur systématiquement exclues des services financiers, comme son grand-père.

"Ce ne sera pas un bouton facile sur lequel nous pouvons tous appuyer", dit Laura. "Il faudra que le secteur privé s'intensifie, et il faudra également une politique publique qui soutient ces objectifs, ainsi que les efforts de groupes comme le MAF, qui sont prêts à être là-bas et à prendre plus de risques."

Et tandis que Laura a l'intention d'apporter ses expériences en politique publique et dans le secteur privé dans les conversations du conseil d'administration, elle espère également apprendre de ses pairs. « Je suis ravie d'assister à ces réunions et d'entendre toutes ces conversations sur la façon dont nous abordons des problèmes vraiment difficiles », déclare Laura. Le travail de MAF à la fois en tant que « leader national » et en tant qu'organisation communautaire est le genre de perspective qu'elle souhaite apporter à son travail en dehors du MAF, que ce soit dans les agences gouvernementales ou les grandes banques.

C'est en partie parce que Laura se sent responsable. Tout au long de sa carrière dans les secteurs privé et public, Laura a souvent été l'une des rares femmes latinas dans la salle. « Une partie de mon expertise est aussi mon expérience personnelle », dit-elle. Toutes les personnes avec lesquelles Laura a travaillé n'ont pas grandi dans une communauté d'immigrants. Tout le monde n'a pas eu de membres de sa famille qui ne parlaient pas anglais ou qui ne faisaient pas confiance aux banques. Tout le monde ne se demandera pas : « Quelles sont les parties des communautés qui sont laissées pour compte et qui ne sont pas desservies ? Et que puis-je faire ?

Mais Laura le fera. « Je représente cette voix », dit Laura. "C'est vraiment important pour moi, et je prends ça très au sérieux."

Pleins feux sur les champions : Voici Gaby Zamudio


Elle est un développeur d'interface utilisateur bilingue et une pro du ping-pong qui se passionne pour l'utilisation des technologies à des fins utiles.

Gaby Zamudio est un développeur bilingue spécialisé dans l'interface utilisateur. C'est une personne positive et sociable, toujours à la recherche d'opportunités pour mettre ses compétences techniques au service d'associations locales à but non lucratif. Gaby est la cofondatrice de Meraki Creative, une communauté pour les femmes entrepreneurs et ancienne développeuse chez Thoughtworks. Depuis 2016, elle est membre du Conseil consultatif sur la technologie (TAC) de la MAF, un groupe de professionnels issus d'entreprises technologiques de premier plan de la région de la baie qui fournissent un leadership, des avis et des conseils pour aider la MAF à utiliser la technologie afin de répondre au mieux aux besoins financiers des consommateurs à faible revenu.

Nous avons eu l'occasion de nous asseoir avec Gaby et d'en savoir plus sur ce qui la pousse à soutenir la MAF.

CRG : Parlez-nous de vous. Hobbies, intérêts, passions ?

GZ : J'ai une formation de développeur et de concepteur d'interface utilisateur et j'adore trouver des moyens créatifs d'afficher des données et des informations. J'ai récemment eu l'occasion de servir d'assistant pédagogique dans un cours de développement frontal à General Assembly, ici à San Francisco.

Un fait amusant que la plupart des gens ignorent à mon sujet est que j'ai joué au tennis de table (alias ping-pong) dans mon enfance et que j'ai eu la chance de représenter ma région lors de compétitions. J'étais généralement la seule femme à participer, ce qui m'a préparée au secteur des technologies, où je vis souvent une expérience similaire.

MAF : Quelles sont les questions qui vous poussent à agir ?

GZ : Tout d'abord, la justice sociale a toujours été importante pour moi. J'ai grandi pendant une période de conflit interne au Pérou, où il y avait deux puissants partis terroristes, c'était donc une période dangereuse. De nombreuses personnes ont disparu. Ma mère travaillait pour une organisation de défense des droits de l'homme et mon père était sociologue et activiste. Ma mère s'investissait énormément dans son travail. Enfant, je me souviens avoir souhaité la voir davantage, puis avoir ouvert mon cœur pour réaliser que d'autres personnes avaient peut-être plus besoin d'elle que moi. Je me sentais en conflit parce que, contrairement à beaucoup d'autres, j'avais de la nourriture et un endroit sûr pour dormir. Mais j'aurais très facilement pu être à leur place. Cette expérience a façonné mon engagement à créer un monde plus juste socialement et économiquement.

Deuxièmement, je me soucie profondément des droits des immigrants. J'ai quitté le Pérou pour m'installer aux États-Unis à l'âge de 19 ans, et je peux donc comprendre l'expérience des immigrants dans ce pays.

Enfin, je suis passionné par l'environnement. Ayant grandi dans une ville minière, j'ai vu comment ces industries contaminent nos communautés. Si nous ne protégeons pas notre environnement, nous ne pourrons pas progresser sur d'autres questions comme la justice sociale et l'éducation.

MAF : Qu'est-ce qui vous a poussé à vous engager dans le projet MAF ?

GZ : J'ai entendu parler de la MAF pour la première fois par un ami qui avait participé à un cercle de prêt, et j'ai immédiatement reconnu cette pratique. Au Pérou, de nombreuses personnes participent à des panderos pour économiser de l'argent en vue de gros achats tout en étant responsables devant un groupe. J'aime la façon dont la MAF associe la pratique de l'épargne en groupe au développement du crédit et à l'éducation financière.

Lorsque j'ai déménagé seule aux États-Unis, le système financier était totalement nouveau pour moi. Je ne savais pas ce qu'était le crédit.

Lorsque j'ai commencé l'université, il était difficile de s'y retrouver dans le processus des prêts étudiants. J'aurais pu facilement contracter plus de prêts que nécessaire et me mettre dans un trou dont je ne pouvais pas me sortir. Heureusement, cela ne s'est pas produit. Mais mon expérience m'a appris que tout le monde - et pas seulement les immigrants - peut bénéficier de plus d'informations et d'outils pour s'y retrouver dans le système financier.

Quelques années après avoir entendu parler de la CRG, un ami m'a suggéré de me renseigner sur le nouveau Conseil consultatif sur la technologie (CCT) de la CRG. Les organisations à but non lucratif ne disposent généralement pas des mêmes ressources technologiques que les entreprises à but lucratif, et je suis honoré d'utiliser mon expertise technique pour renforcer les capacités technologiques du CRG et contribuer à créer un impact plus important.

CRG : Pourquoi investissez-vous votre temps et vos compétences dans le travail que nous faisons ensemble ?

GZ : Pour moi, il s'agit de donner du pouvoir aux gens. Lors de la première réunion du TAC, j'ai eu la chance de rencontrer Luis, qui possède maintenant D'maize, un restaurant salvadorien à San Francisco. Un prêt du MAF lui a permis, ainsi qu'à sa femme, de se constituer un dossier de crédit et d'accéder à des prêts plus importants pour développer leur entreprise. Ils ont fini par embaucher du personnel issu de leur communauté, et maintenant ils rendent la pareille en offrant un service de traiteur pour les événements de leur fils.

J'espère être un granito de arena (grain de sable) soutenant cet étonnant effet d'ondulation.

MAF : Qu'attendez-vous de notre travail ensemble dans les prochains mois ?

GZ : J'ai hâte de soutenir le développement de l'application Lending Circles et de voir la version finale lorsqu'elle sera prête. Je suis fier d'avoir contribué à la conception de cette application unique en son genre. J'espère que l'équipe du CRG est tout aussi fière ! Je suis également impatient de réfléchir à ce que nous avons appris de ce processus alors que nous allons de l'avant avec d'autres produits technologiques.